Les bienfaits du jeûne intermittent

Le jeûne intermittent est une pratique qui consiste à s’alimenter la journée sur des périodes allant de 2 à 8 heures et à jeûner le reste du temps. Voici quelques exemples.

  • Commencer de manger à 12h00 et terminer à 20h00 (pas de nourriture le matin, juste de l’eau).
  • Commencer de manger à 8h00 et terminer à 16h00.
  • Manger un seul repas entre 16h00 et 20h00.
  • Manger un jour sur deux (pratique plus rare et plus difficile).

Le jeûne intermittent est de plus en plus populaire en paléo (chez toutes les personnes qui décident d’améliorer leur santé en fait). Il y a également beaucoup de personnes qui n’ont pas souvent faim et qui pratiquent le jeûne intermittent involontairement.

Le jeûne est certainement l’une des pratiques où l’on trouve beaucoup de succès comme d’échecs. Je vais vous parler des bienfaits de jeûne quand il est pratiqué de manière appropriée et ensuite je vous parlerai des situations pour lesquelles jeûner est une mauvaise idée.

Jeûner procure pleins de bienfaits

Jeûner procure pleins de bienfaits

Les bienfaits du jeûne

Dans le cadre de la pratique du jeûne intermittent, les jeûnes courts apportent beaucoup de bienfaits.

Le jeûne aide l’organisme (dont l’estomac) à se régénérer

La plupart des blessures (égratignures par exemple) se régénèrent après une certaine période de repos. Jeûner permet de mettre le système digestif au repos et de se régénérer en cas de soucis, là où cela est plus difficile quand on mange trop souvent.

Jeûner aide à rétablir sa production d’hormones

Quand on a des problèmes hormonaux (par exemple une tendance à produire trop d’insuline qui déclenche la prise de poids), c’est souvent après manger qu’ils sont le plus prononcés. En mangeant moins souvent on aide l’organisme à produire ses hormones dans de meilleurs proportions et à améliorer la santé dans son ensemble.

A jeun le cerveau fonctionne mieux

Pour digérer il faut de l’énergie. Après manger le sang a tendance à se digérer vers les organes du système digestif. Le cerveau est alors souvent moins bien irrigué. Les taux du glucose peuvent aussi beaucoup varier dans le sang (suite à la production d’insuline entraînée par les protéines et les glucides). C’est le cerveau le premier à le payer (dans les pires cas c’est une fatigue soudaine qui arrive).

Ainsi c’est à jeun que le cerveau fonctionne le mieux. Cela n’est pas étonnant car dans le passé, c’était en période de manque de nourriture que l’homme avait besoin de son intelligence.

Le jeûne améliore sa production d’hormone de croissance

Une étude a démontré que jeûner pendant 24 heures augmente la production d’hormone de croissance de 2000 % chez les hommes et de 1300 % chez les femmes [1].

Les adultes sont très souvent carencées en hormone de croissance. Cette hormone contribue au développement d’une masse musculaire maigre (à l’opposé de volumineuse). Elle active le métabolisme des graisses. Elle aide à « tendre » les muscles et à paraître plus jeûne.

Jeûner peut aider à maigrir

En jeûnant on voit sa production d’hormone de croissance augmenter. Cela se traduit par une activation du métabolisme des graisses qui aide à maigrir [2, 3].

Jeûner peut également aider à manger moins quand on a des problèmes d’appétit.

Malheureusement cette technique de perte de poids ne marche pas toujours car elle ne garantit pas que la graisse ne soit pas régénérer quand on mange. De plus, en cas de mauvaise circulation du sang, il peut ne pas y avoir de sang dans les zones où l’on souhaite perdre et alors les effets du jeûne sur la perte du poids deviennent limités.

Le jeûne améliore indirectement sa production de testostérone quand on est en surpoids

Le surpoids réduit les taux de testostérone (hormone responsable de la masse musculaire et de la virilité) chez l’homme. En jeûnant on peut maigrir et par la suite voir ses taux de testostérones augmenter.

Le jeûne peut réduire le vieillissement

En améliorant sa production d’hormones (dont celle de l’hormone de croissance) et son système digestif, le jeûne améliore la santé en générale. Cela se traduit par une apparence plus jeune.

Le jeûne intermittent est également une forme de restriction calorique qui aide à vivre plus longtemps.

Les jeûnes longs

Les naturopathes recommandent souvent des jeûnes longs pour se soigner. Les jeûnes longs seraient plus efficaces pour la régénération ainsi que pour combattre la maladie. Cela est certainement vrai dans certains cas, mais je suis très septique sur ce genre de pratique.

  • Les jeûnes longs peuvent entraîner une déshydratation qui est mauvaise pour l’organisme.
  • Les jeûnes longs peuvent déclencher la perte de masse musculaire.
  • Les jeûnes longs font fonctionner l’organisme au ralenti et cela n’est pas favorable à la santé. L’homme n’est pas fait pour vivre au ralenti. Dans la nature c’est même impossible.

Finalement j’ai observé plusieurs sportifs / acteurs en excellente santé qui pratiquent le jeûne intermittent. J’ai découvert que c’est souvent des jeûnes de 16 à 20 heures maximum qui leur réussit le mieux, d’après leurs essais.

Se mettre au jeûne intermittent

La première étape est de choisir quand manger : en début, en milieu ou en en fin de journée. Je recommande en milieu/fin de journée quand on a un métier intellectuel. Quand on a un métier physique, je recommande de manger plutôt le matin et à midi.

Ensuite pour se mettre au jeûne intermittent il faut y aller progressivement pour permettre à l’organisme de s’y habituer. L’astuce consiste à commencer par réduire la taille de ses repas (par 2 puis par 3) avant de les supprimer.

Par exemple avant de supprimer le petit déjeuner, vous pouvez commencer par diviser sa taille par 2, puis par 3, puis le remplacer par une collation en milieu de matinée, et ensuite seulement par le supprimer complètement.

L’organisme s’habitue assez vite au jeûne intermittent et au bout de quelques jours vous devriez aimer. A partir de quelques jours vous devriez ressentir les effets bénéfiques du jeûne. Si ce n’est pas le cas jeûner est peut-être une mauvaise idée pour vous. Car il y a des cas où le jeûne est une mauvaise idée.

Jeûner n’est pas une bonne idée pour tout le monde

Le jeûne procure de nombreux bienfaits mais il existe des contre-indications.

  • En cas d’excellente santé et en l’absence de problèmes, le corps fonctionne de manière optimale. Jeûner est alors certainement inutile et le mieux est de suivre son instinct en mangeant seulement quand on a faim. C’est par exemple ce que fait l’un des leader du paléo : Mark Sisson. Il jeûne souvent mais seulement quand il en ressent le besoin, pas systématiquement.
  • En cas de calcul biliaire le jeûne est une mauvaise idée car c’est la salive (de mauvaise qualité) qui entraîne la production de calculs. Quand on jeûne, la salive à tendance à rester longtemps dans la vésicule biliaire et le développement des calculs biliaires est favorisés.
  • Chez les femmes enceinte il est déconseillé de pratiquer le jeûne (même si c’est possible) car le métabolisme de l’enfant ne peut pas ralentir autant que celui d’un adulte.
  • La plupart des pathologies s’améliorent en jeûnant mais ce n’est pas toujours le cas (calculs biliaires par exemple). Dans ce cas quand on a des problèmes de santé, une bonne idée est de demander l’avis d’un (bon) professionnel de la santé pour s’assurer que le jeûne est une bonne idée ou non.

Cet article est terminé. Pensez à le partager !

Cédric Icower

A propos Cédric Icower

Cédric Icower est passionné de santé, de nutrition et de bien-être. Abonnez-vous à sa newsletter pour recevoir ses meilleures articles et recettes santé. Vous recevrez également en cadeau son livre Débuter une alimentation paléo. [wysija_form id="1"]
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *